Revenir à Spécialités Chirurgicales

Urologie

Oui, tu te poses des questions sur l’uro à Lille, c’est bien ou pas bien, c’est comment, c’est quand, c’est qui ?

Voilà des informations pour t’aider :

Comment on devient urologue ?

A Lille comme ailleurs, il faut pouvoir réaliser une maquette comprenant :

  • 10 semestres d’internat répartis en:
    • 1 semestre de traumato
    • 2 semestres de chir digestive
    • 1 semestre de chir enfant ou de vasculaire
    • 4 semestres d’uro dont 1 dans les 4 premiers semestres, dont 1 au CHU, dont 1 en périph.
    • 2 stages libres
  • 2 ans de post-internat.
  • Avoir réalisé un article avec son nom en premier dans une revue adéquate (« Femme Actuelle » çà ne compte pas)

Tout au long de cette formation sont organisées des journées de formation théoriques et pratiques, dont certaines obligatoires. Une fois le cursus terminé, le jury t’accordera, si tu le mérites, le titre d’urologue diplômé. (Youpi !)

Qui peut faire de l’uro ?

Uniquement les gens sympa, les autres on en veut pas. 😉

Plus sérieusement :

Le nombre d’internes pris par promo dans notre belle ville à flux est de 3 par an. La spécialité est en général assez prisée, mais variable selon les années. Bref, pour savoir s’il sera possible de se former en uro à Lille, il faut savoir combien d’internes classés avant toi veulent faire de l’uro… Pas facile, ok. Si tu es le 3ème théorique, il faut te garder une « sous-spé de secours » si un collègue indécis mieux classé que toi décide en 3è ou 4è semestre de faire lui aussi de l’uro alors qu’il t’avait fait croire qu’il voulait être neurochir (ouh, le méchant).

En résumé, la position de « dernier de promo » est assez inconfortable, et il faut donc savoir peser les risques de se voir refuser l’accès à l’urologie au regard de son classement dans la promo de chir.

Cà se passe comment l’urologie à Lille ?

Ben çà se passe bien… Tout le monde est beau, intelligent et sympa, les filles sont formidables, les garçons sont géniaux, on a même des copains digestifs et orthos, venez !

Tu veux des vraies infos pratiques, ok…

Il existe un service universitaire à Lille (Pr BISERTE, Pr VILLERS), comprenant un secteur conventionnel d’hospi, un hôpital de semaine, des consultations, des explorations urodynamiques, et évidemment… des salles de bloc (ben oui, quand même…). Les pathologies rencontrées sont essentiellement de la cancérologie, en général lourde, pathologie de l’urètre (Pr BISERTE), lithiase dans une moindre mesure. Il existe une activité d’urodynamique (Dr MARCELLI). On y voit aussi des tas d’autres pathologies, mais de manière moins fréquente.

Ce service comporte 2 PUPH, 2 PH, 3 CCA, 6 internes. Il travaille avec le service d’andrologie de l’hôpital Calmette (Dr Rigot, Dr Marcelli) où sévissent 2 internes dont 1 d’uro.

Il existe également plusieurs services d’urologie en périphérie, ceux-là même où tu risques fort de débuter avant d’aller au CHU. Par proximité décroissante de Lille :

  • Seclin
  • Roubaix
  • Saint-Philibert (Lomme)
  • Hénin-Beaumont
  • Lens
  • Valenciennes
  • Dunkerque
  • Boulogne-sur-mer

On y rencontre plus volontiers l’urologie générale moins vue au CHU, mais également parfois des interventions lourdes. Le nombre de praticiens et d’internes est moins important (1 ou 2 internes en général).

Une particularité lilloise : l’activité de transplantation rénale se fait dans le service de chirurgie digestive et transplantation (Pr PRUVOT), validant pour la chir dig, et qui constitue un terrain de stage extrêmement conseillé pour valider un de ses stages de chir dig.

Comment faire pour toi aussi devenir interne d’uro ?

Il faut coucher. Noooon, c’est une blague, ne t’enfuis pas !!!!

En vrai :

Si tu penses pouvoir remplir la maquette décrite dans le paragraphe 1, il faut dès le début te faire connaître du coordonateur régional, actuellement le Pr BISERTE, au CHU (hôpital Huriez). Prendre rendez-vous, te présenter, et écouter les conseils.

La présence, même des plus jeunes, est souhaitée dès le départ aux biblios mensuelles organisées dans le service. Pour cela, il suffit de se mettre en rapport avec le CCA responsable de la biblio (actuellement Dr KOENIG), qui s’empressera de t’intégrer à la mailing-list des internes d’uro. Cela te permettra d’approfondir tes connaissances, de rencontrer tes collègues internes (ouiiiii !), de te mettre au courant des dernières nouvelles (urologiques ou non…), et au passage de prendre l’apéro si le bon Dr Koenig n’a pas oublié d’inviter un labo.

Il faut aussi passer dans un stage d’uro validant lors de tes 4 premiers semestres (info importante…)

La vraie question : vas-tu y arriver ???

Si les petits cochons ne te mangent pas, il est probable que oui… Mais attention : le chemin est long et rude, petit scarabée !!!

Pour le moment, le nombre d’internes des promos de chirurgie est tel que l’accès au service du CHU ne se fait pas avant le 5ème semestre. Tu feras donc tes premières armes urologiques en périph, et non ne pleure pas, car c’est la vie, c’est comme çà et on peut pas faire autrement. De toute façon, en périph, ils sont souvent hyper sympa, et en général çà reste très bien vécu. Le CHU viendra plus tard.

D’autre part, il existe la plupart du temps un délai d’attente pour pouvoir accéder à un post-internat, alors attends toi très probablement à devoir réaliser une année supplémentaire (ou deux…) à type de DEA, médaille d’or, ou dispo, comme tu veux…

Le post-internat ne se réalise pas obligatoirement dans le CHU d’origine.

En conclusion

Cette présentation de l’uro à Lille devrait répondre à la plupart de tes interrogations, sans avoir la prétention d’être exhaustive. Aussi, n’hésites pas à nous contacter (numéros via le secrétariat de l’AIEHL ou le site) et nous nous ferons un plaisir d’éclairer ta lanterne.